fren
« La viticulture est un art »
retour

« La viticulture est un art »

Street artist renommé pour son style mêlant pochoirs et collages raffinés, Stew puise son inspiration dans l’imagerie traditionnelle japonaise. Son travail vise à transmettre des émotions et à sublimer la matière, à l’image des viticulteurs. Rencontre avec un artiste singulier, qui devrait faire parler de lui…

Bonjour Stew, peux-tu te présenter et nous parler de ton travail ?

Je suis artiste, pochoiriste, illustrateur, j’aime bien dire « infograffeur » car j’utilise beaucoup le numérique pour dessiner, et que je viens de la culture du graffiti. Mes influences sont tournées vers l’Asie et notamment le Japon qui est en quelque sorte mon utopie. Il y à la fois dans ce pays une philosophie très artisanale et traditionnelle, ainsi qu’un coté ultra futuriste. J’aime ce grand écart entre l’époque Edo et les mangas. Je m’inspire d’ailleurs des motifs d’estampes japonaises pour réaliser mes « oiseaux » qui sont le symbole de mon travail. J’ai notamment posé un héron de 52 mètres de haut sur la façade d’un immeuble de Paris. Ce dessin qui est la deuxième plus grande fresque d’Europe fête cette année ses 10 ans. Je suis également attaché à la ville de Bordeaux où j’ai pu créer plusieurs oeuvres, notamment dans le quartier des Chartrons.

Existe-t-il des passerelles entre ton travail d’artiste, et le travail d’un viticulteur ?

Absolument, les passerelles entre les deux univers sont nombreuses. J’ai pu le constater notamment en participant à l’exposition Vinochromie à l’occasion de laquelle j’étais parti passer le week-end chez un vigneron, pour créer une œuvre m’inspirant de son travail. Dans la manière de sublimer la matière, il y a de nombreux points communs. L’art, comme la viticulture, c’est avant tout de l’artisanat. J’aime la manière dont les viticulteurs vont s’emparer de leur terroir, jouer avec les cépages pour transmettre des émotions et développer un savoir-faire du goût et de l’odorat. C’est également ce que je fais en tant qu’artiste en faisant appel à un autre médium, plus visuel lui (sourire). A l’image du terroir pour le vigneron, la rue est pour moi un magnifique terrain de jeu et d’expression !

As-tu pour projet de faire dialoguer les deux univers ?

Ça n’est pas impossible ! Il pourrait y avoir quelques belles surprises à prévoir. Je vous conseille d’observer attentivement les « oiseaux » sur les murs bordelais et de suivre ce qui se passe sur ma page Instagram pour en avoir le cœur net. Stay Tuned !

                  Réservez vos places ici !

Ces articles peuvent
vous intéresser

La newsletter

logo airfrance logo riedel